2:22 : con comme une horloge

par | 8 mars 2018

Mercenaire dans Game of Thrones, Michiel Huisman joue dans 2 :22 un obsédé des coïncidences, pris au piège d’un scénario inepte et digne du salon de la voyance.

Dylan (Michiel Huisman, de Game of Thrones) un contrôleur aérien, perd son emploi après avoir failli provoquer une collision entre deux avions, aveuglé par un éclair de lumière à 2 h 22. Mais il s’aperçoit que cette journée se répète encore et encore. Il rencontre Sarah (Teresa Palmer, Dans le noir, Message from the king), ancienne danseuse qui était dans l’un des avions, et croit que son destin est lié au sien. Alors que des coïncidences le conduisent tous les jours au hall de Grand Central, à 2 h 22, il va devoir résoudre ce mystère pour éviter un autre accident…

Aussi inepte que Le nombre 23, autre thriller abscons qui faisait de son héros un obsédé des chiffres et du « toutéliage », 2 :22 peut s’appuyer sur son couple d’acteurs jeune et sexy (mais totalement perdu à l’écran) pour attirer le chaland, et sur un pitch vaguement excitant à base de paradoxes temporels. Mais le résultat est un ratage lénifiant, qui dure 1h30 mais paraît en durer une de plus à cause des ralentis, qui n’a strictement aucun sens narrativement… Mais ça devrait faire un tabac au salon de la voyance.