Alien Covenant : de la créature au Créateur

En matière de dérapages artistiques, la saga Alien n’est pas à un film près. Même si les avis divergent encore sur les qualités du troisième opus réalisé par David Fincher (qu’il s’agisse de la version director’s cut ou pas, d’ailleurs), il est entendu que la trilogie originelle est classée « patrimoine intouchable ». Elle forme un arc complet autour de la destinée de Ripley, et demeure le témoignage d’une approche résolument adulte du genre. Le versant sombre de la science-fiction opératique à la Star Wars, ou plus récemment Les gardiens de la galaxie.

L’analogie avec ces franchises populaires n’est pas innocente. Après l’intermède tendant vers la série Z des Alien vs Predator, la créature de Giger a retrouvé un semblant de prestige avec le retour derrière la caméra de son démiurge d’origine, sir Ridley Scott, à l’occasion de Prometheus. Nous nous étions étendus longuement à l’époque sur les multiples défauts, visibles comme le nez au milieu de la figure, qui handicapaient cette ambitieuse préquelle à la gestation compliquée. Les atouts maîtres du film (Michael Fassbender, la direction artistique, les digressions méta-bibliques nimbées d’une aura apocalyptique palpable) étaient tout autant évidents. Ils sont, c’est déjà rassurant, toujours présents dans Alien : Covenant, qui révèle la véritable et nouvelle ambition du cinéaste octogénaire : devenir le maître de cet univers qu’il a initié en 1979, pour en faire un terrain de jeu épisodique lui permettant de recycler ses thèmes fétiches. Que l’on aime ou pas le résultat, une chose est sûre, Alien : Covenant lui ressemble bien plus que Prometheus.

Voyage vers le connu

Alien : Covenant (anciennement titré Paradise Lost, une référence à John Milton qui sera cité littéralement dans un dialogue) doit donc faire en partie le lien, entre les événements de Prometheus et ceux du premier Alien. Pourtant le film ne débute pas sur l’histoire de Shaw (Noomi Rapace) et David (Michael Fassbender) en fuite à bord d’un vaisseau extraterrestre, mais à bord du Covenant, quelques années plus tard. L’androïde Walter, Fassbender encore, veille à la bonne santé de l’équipage du vaisseau, qui transporte 2000 colons. Tout ce petit monde se réveille d’hyper-sommeil suite à une éruption solaire, et dès lors, le projet de Scott et de ses scénaristes John Logan et Dante Harper apparaît clairement : Alien : Covenant va être un remake direct et assumé du 8e Passager. Même héroïne plus maligne que la moyenne de l’équipage (jouée par Katherine Waterston), message capté par inadvertance, même planète étrange pleine de dangers, même final à bord d’un vaisseau contaminé… Les emprunts à Aliens, le retour (pompé sans vergogne dans la scène finale) et à Alien 3 (la vue subjective !) sont tout aussi visibles, et ajoutent à l’impression de recyclage qui parcourt ce reboot qui ne dit pas son nom, semblable à ce niveau à la préquelle de The Thing.

« Alien : Covenant révèle la véritable et nouvelle ambition du cinéaste octogénaire. »

Comme une réponse aux critiques qui reprochaient à Prometheus de trop s’éloigner de la formule traditionnelle des Aliens, Covenant file droit sans se prendre la tête, réutilisant les mêmes ingrédients rehaussés par des effets numériques bluffants de photoréalisme. La différence, c’est que les Aliens sont connus, par cœur, de tous, et que le manque d’audace du script passe plutôt pour du mercantilisme pur et dur. À ce constat s’ajoute la frustration persistante de suivre un équipage censément plus attachant que ses prédécesseurs (ce sont tous des couples), mais toujours aussi idiot. Prometheus n’a pas suffi, apparemment : les employés de la Weyland-Yutani ne sont visiblement pas embauchés pour leur clairvoyance et leur respect des règles de sécurité. Impossible de reprocher à Danny McBride, Waterston, Billy Crudup ou Damian Bechir de ne pas être convaincants : les réactions, la personnalité et les comportements de leurs personnages sont si incohérents d’une séquence à l’autre qu’on se réjouirait presque de les voir mourir un par un dans un torrent d’hémoglobine. De cette chair à canon digne d’un slasher, Scott se moque complètement : la vraie star d’Alien : Covenant, ce sont les xénomorphes, déclinés sous de multiples formes et montrés sous toutes les coutures… et les androïdes, en l’occurrence Walter et David, à qui cet opus doit toute sa singularité.

Gore et existentialiste

S’il peut se consommer comme un film d’horreur brutal et sadique dans ses débordements (les « accouchements » d’aliens ont rarement été aussi écœurants), mais perclus de raccourcis éhontés et tentant en vain d’installer un semblant de suspense – le twist final est littéralement prévisible une demi-heure à l’avance, Alien : Covenant trouve sa vraie raison d’être dans ses interstices mystiques, et ses libertés prises avec la mythologie d’origine. Les Aliens tiraient en partie leur force du caractère puissamment allégorique de la créature de Giger : tout comme Michael Myers, l’Alien est une force du Mal inexplicable, et en cela, ramenée à sa pure essence philosophique. Son existence questionne notre humanité et notre mortalité, et il était fascinant de voir, dans le film de 1979, que ce Mal sans attaches avait aussi eu raison d’une autre civilisation humanoïde. Prometheus a donné un nom et une identité à ce « Space Jockey » : les Ingénieurs. Ce faisant, Scott a élargi le principe de série B imaginé par Dan O’Bannon, et donné naissance à un « univers étendu » insoupçonné et pas forcément souhaité par les fans de la saga.

Au cœur de cette nouvelle tentative de créer artificiellement du mystère et d’établir une chronologie complexe démarrant de Prometheus pour arriver jusqu’à Alien, se trouve désormais un personnage incontournable. Créature tout aussi complexe, autour de laquelle se cristallisent les références littéraires, scientifiques, musicales picturales et théâtrales convoquées par le réalisateur (de Shakespeare à Wagner en passant par Mary Shelley, la liste est longue), David est décrit, à partir de sa réapparition, comme un Janus ambivalent, qui a adopté comme motto « toute création est le résultat d’une destruction ». Tout comme les humains se révèlent dans leur rapport au couple, David, grâce au travail très précis de Fassbender, démontre sa différence et sa folie dans la relation avec son double, Walter, androïde dépourvu, contrairement à lui, de la faculté de créer. La séquence de « la flûte », si elle peut faire sourire, est de ce fait déterminante : elle souligne en creux la dimension d’être supérieur, créature devenue créateur, à laquelle aspire David, qui s’est pour cela arrogé le droit de vie et de mort sur les humains comme sur les Ingénieurs. Là encore, si le fait de dévier l’attention du spectateur sur cet être génocidaire et dénué de sentiments est culottée, le script d’Alien : Covenant met à mal ces intentions à force de répliques scolaires, et de rebondissements patauds défiant parfois toute logique.

Les obsessions de Ridley

Le long passage central où intervient David reste, malgré tout, le seul moment du film où Covenant se permet de vraiment surprendre son audience et de quitter le programme « doudou » trop familier dans lequel le reste du métrage s’enferme volontairement. Convoqué dès le premier plan, le spectre de Blade Runner plane sans équivoque sur ces passages où Ridley Scott peut convoquer, comme il aime souvent à le faire, les thèmes du sacrifice, du rapport conflictuel de l’homme à Dieu (voire aux Dieux)… Derrière le film commercial lustré qu’il pourrait diriger les yeux fermés, et le produit d’appel que constituent ses bondissantes et féroces bébêtes, dont l’origine est malheureusement devenue platement rationnelle, Scott livre un survival bancale au rythme étrange, dominé par une figure intégralement négative. Une œuvre parcourue de véritables fulgurances graphiques et d’errances coupables, qui baigne dans une ambiance sépulcrale ne laissant guère de doute sur les obsessions qui le taraudent actuellement.


Note Born To Watch
Troissurcinq

Alien : Covenant
De Ridley Scott
2017 / USA / 122 minutes
Avec Michael Fassbender, Katherine Waterston, Danny McBride
Sortie le 10 mai 2017

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.