Beaune 2016 : suspense sans frontières

Successeur encore trop méconnu du mythique Festival de Cognac, le Festival international du film policier de Beaune a repris depuis 2009 le flambeau du genre policier avec un sérieux et une passion inébranlables. Après une solide édition 2015 qui avait vu passer des incontournables comme Sea Fog, La Isla Minima ou le grand prix incontesté Victoria, l’équipe organisatrice et la ville remettent le couvert du 30 mars au 3 avril pour une 8e édition très attendue, après quelques sueurs froides dues à des pertes soudaines de subventions publiques.

Une sélection alléchante

beau16_1

Fidèle à son rôle de tête chercheuse, la manifestation a dévoilé une programmation toujours aussi concise (8 films ni plus ni moins) qui se joue des frontières et des étiquettes. « Ces huit films représentent 10 nationalités différentes » indique à raison le communique officiel, ajoutant que « ces films bousculent les catégories et les identités quelles qu’elles soient ». Manière de souligner que derrière les thèmes qu’ils abordent (guerre contre la mafia, complots d’état, traque de criminels de guerre, hold-ups malheureux, immigration clandestine), des films aussi différents que l’Américain Desierto de Jonas Cuaron, le français Diamant Noir, l’ibérique To steal from a thief de Daniel Calparsoro (Invasion) avec Luis Tosar en braqueur de banque ou le polar LGBT Man on High Heels de Jang Jin (Guns & Talks, Good Morning President) réinterprètent ces codes avec un regard neuf et une approche qui n’appartiennent qu’à eux.

Une sélection officielle alléchante, donc, parmi laquelle le jury présidé par l’actrice Sandrine Bonnaire devra choisir son Grand Prix, qui viendra succéder au palmarès à Victoria, The Man from Nowhere ou encore Drug War. En marge de cette compétition très médiatisée, nous retrouvons également, comme à chaque édition, la sélection « Sang Neuf » : comme son nom l’indique, elle permet au festival de mettre en avant des films de jeunes cinéastes du monde entier, souvent plus confidentiels mais pas moins intéressants. Parmi les précédents lauréats aussi variés que le foufou R100 ou All cops are bastards (ACAB) de Stefano Sollima, qui a depuis réalisé le très remarqué Suburra. Pour cette édition 2016, on jettera donc un œil attentif sur le Néerlandais Clean Heads et sa mère courage confrontée à un mari mafieux, le Chilien Tout va bien et ses bavures étatiques, ou le Belge Les Ardennes, que nous avons déjà pu découvrir et dont la critique arrive bientôt.

L’événement De Palma

beau16_2

Le Festival de Beaune, c’est aussi, comme tout bon événement médiatique, une poignée d’invités qui permettront de faire crépiter les flashs et de remplir le tapis rouge. Parmi les membres des jurys officiels, on retrouvera Ludivine Sagnier, Serge Moati, Melvil Poupaud, Marina Foïs ou encore les réalisateurs Cédric Anger (La prochaine fois je viserai le cœur), Xavier Durringer (La Conquête) et Philippe Haïm (Secret Défense). Mais le Festival de Beaune frappe surtout très fort cette année en rendant un hommage de prestige au réalisateur Brian de Palma. Après avoir accueilli des monstres sacrés comme Bertrand Tavernier, Walter Hill, John McTiernan ou encore James Gray, c’est le brillant cinéaste américain, qui a marqué le genre de son empreinte, avec Les Incorruptibles, Blow OutL’Impasse ou l’increvable Scarface et le récent Passion, qui se verra accorder une rétrospective et une master class forcément attendue de pied ferme la samedi 2 avril.

Le spectacle ne serait pas complet sans les traditionnelles avant-premières, qui font la part belle aux thrillers qui vont faire l’événement dans les mois à venir, en salles ou en vidéo. On retrouvera notamment en clôture Délivrance. Après avoir projeté en 2015 les deux premiers volets de la saga en présence de son réalisateur, le festival poursuit dans la même voie en projetant le troisième volet des Enquêtes du département V, quelques semaines avant sa sortie en e-Cinéma, et en présence de son réalisateur, Hans Peter Molland (Refroidis, grand prix… à Beaune). Plusieurs titres bien connus des amateurs, comme Green Room ou Cop Car, figurent aussi à l’appel, ainsi que plusieurs surprises, comme le film de vengeance norvégience Hevn.

À signaler enfin que l’une des originalités de la manifestation, à savoir la remise d’un prix « Spécial Police » par un jury constitué d’officiers de police venus de toute la France, est toujours d’actualité, tout comme la remise de prix littéraires, remis comme il se doit à des romans noirs français et étrangers. Mettre sur un même plan la littérature et le cinéma : ça n’est que justice, quand il s’agit de mettre en lumière un genre où la gestion du suspense et la description des tourments des personnages est aussi essentielle !

Renseignements : www.beaunefestivalpolicier.com


Programmation

Compétition

 Braqueurs de Julien Leclercq

Desierto de Jonas Cuaron

Diamant Noir d’Arthur Harari

Fritz Bauer, un héros allemand de Lars Kraume

Léa de Marco Tullio Giordana (ouverture)

Man on High Heels de Jang Jin

To steal from a thief de Daniel Calparsoro

Very Big Shot de Mir-Jean Bou Chaaya

Compétition « Sang Neuf »

Les Ardennes de Robin Pront

Clean Hands de Tjebbo Penning

Les démons de Philippe Lesage

One of Us de Stephan Richter

Tout va bien d’Alejandro Fernandez Almendras

What’s in the darkness de Wang Yichun

Hommage à Brian de Palma : Masterclass le samedi 2 avril

Hors-Compétition

L’affaire Monet de Lawrence Roeck

Appel Inconnu de Dani de la Torre

Cop Car de Jon Watts

Les Enquêtes du département V : Délivrance de Hans Peter Molland (clôture)

Green Room de Jeremy Saulnier

Hevn (Revenge) de Kjersti Steinsbø

Mr Holmes de Bill Condon

Sky de Fabienne Berthaud

Séance culte : La Panthère noire (1977) de Ian Merrick

Prix Claude Chabrol 2016 : Coup de Chaud de Raphaël Jacoulot

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.