Flop 10 : nos pires films de 2014

Comme nous l’indiquions il y a quelques jours dans notre top 10 des Meilleurs films de 2014, nombreux ont été les films qui l’an passé nous ont laissé sur notre faim, déçu ou carrément fait enrager. C’est le lot de tout cinéphage, après tout ! Même avec la meilleure volonté du monde et un package artistique imparable, une déception n’est jamais à exclure, même lorsqu’elle n’est pas immédiate.

Cela dit, nous avons volontairement souhaité échapper au pire, peut-être plus que d’habitude. Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, Fiston, Barbecue, ou pire encore, Gaby Baby Doll, auraient sans doute pu se retrouver dans cette liste si nous avions pris la peine (et la douleur) de les voir. Mais ! Les navets spécifiquement français étant joyeusement étrillés dans notre traditionnelle rubrique Qualité France, ils se passaient de commentaires additionnels. Hasard ou coïncidence, c’est à un Flop 10 intégralement anglo-saxon que vous aurez droit cette année, avec lequel vous êtes libre de ne pas être d’accord. On est encore en démocratie, après tout !

En plus du Flop ci-dessous, vous retrouverez en fin d’article nos classements respectifs, pour plus d’exhaustivité. Rendez-vous dans un an, pour savoir qui seront nos prochains cartons rouges !


10. Noé

Flop 10 : nos pires films de 2014

Dans notre critique du film de Darren Aronofsky, nous avions résumé cette impression de « tempête dans un verre d’eau » qui gagne le spectateur à la sortie du visionnage. La figure controversée de ce personnage à la fois biblique et historique, représenté par un Russell Crowe un peu trop lisse et complété par le personnage de sa fille, incarnée par Emma « Hermione » Watson, est tirée vers le bas par des images de synthèse fades, une interprétation souvent forcée et un scénario noyé sous un flot d’idées bancales, sans ligne conductrice crédible. Malgré la patte de son auteur, Noé a bien sa place dans ce flop annuel.

Critique complète ici.


9. American Bluff

Flop 10 : nos pires films de 2014

À l’origine, il y a derrière American Bluff (titre ô combien adapté) une affaire d’espionnage invraisemblable, un matériau idéal pour un grand thriller politique rétro. Un sujet, qui visiblement n’attirait pas David O’Russell. Ivre de succès après le carton de Happiness Therapy, le réalisateur dévisse ici complètement avec un film inutilement long, futile, m’as-tu-vu et aux personnages passablement énervants. Une vraie tromperie, repartie légitimement bredouille des Oscars, malgré les paillettes et les poses sous lesquelles elle se noyait.

  Critique complète ici.


8. Match retour

Flop 10 : nos pires films de 2014

Une idée bêta (opposer deux acteurs vieillissants sur un ring, même si l’un a six films de boxe derrière lui, et l’autre seulement un) devait-elle forcément déboucher sur un film stupide ? Match Retour, en plus d’être atrocement mal monté et cadré, se paie effectivement le luxe de rendre l’invraisemblable duel entre Stallone et De Niro embarrassants, tout en se bornant à recopier à l’identique le script du beaucoup plus honorable Rocky Balboa pour bien montrer son manque d’imagination. C’est triste, et ça donne envie de décocher quelques crochets bien sentis aux responsables.

Critique complète ici.


7. Transcendance

Flop 10 : nos pires films de 2014

Pauvre Wally Pfister : le directeur de la photographie habituel de Christopher Nolan perpétue la malédiction pesant sur ces techniciens qui ne signent généralement que des ratages dès lors qu’ils deviennent réalisateurs. Remake inavouable du Cobaye, Transcendance se résume à une montagne de charabia technoïde débitée avec la passion d’un guichetier RATP. Un navet inerte qui brasse beaucoup de vide, à l’image de Johnny Depp, de moins en moins convaincant et de plus en plus antipathique dans ses choix de carrière.


6. The Giver

Flop 10 : nos pires films de 2014

Les différentes dystopies pour ados qui inondent nos grands écrans ces dernières années débouchent sur de bonnes choses, il faut bien le reconnaître (comme Le Labyrinthe), mais aussi beaucoup de sagas irritantes et lucratives (voir Hunger Games). The Giver rassemble tous les ingrédients de cette seconde catégorie : un casting prestigieux mais en sous-régime, un scénario conservateur, atterrant et truffé de temps morts, une morale douteuse… Nous nous demandons encore ce que Jeff Bridges, Meryl Streep et Alexander Skarsgard sont venus faire dans cette galère.

Critique complète ici.


5. New York Melody

Flop 10 : nos pires films de 2014

Après son interprétation incroyable dans The Normal Heart (HBO), Mark Ruffalo est allé pousser la chansonnette en compagnie de Keira Knightley et, c’est sans doute un signe, Adam Levine, du groupe Maroon 5. Si le scénario se veut nostalgique d’une époque musicale apparemment révolue, le mélange intrigue-musique-interprétation s’avère insupportablement lisse, forcé et bien-pensant. Ok, la Big Apple, une chanteuse folk, un producteur qui cherche la perle rare, une romance : on connaît la chanson !

Critique complète ici.


4. Ryan Initiative

Flop 10 : nos pires films de 2014

 

Ils voulaient rebooter Jack Ryan ? Caramba c’est encore raté, et cette fois, on ne pourra plus dire que c’est la faute de Ben Affleck. Shooté façon fonctionnaire par un Kenneth Branagh qui semble depuis Thor avoir abandonné toute velléité artistique (et aggrave encore son cas en cabotinant comme un cochon dans le rôle du grand méchant), Ryan Initiative a sans doute enterré pour un moment la franchise d’espionnage, à coups d’incohérences grosses comme un missile. Même Kevin Costner, lors d’une séquence de « traque » anthologique de crétinerie, semble consterné par la chose.


 3. Wrong Cops

Flop 10 : nos pires films de 2014

Surprenant et créatif avec Rubber, manipulant l’absurde avec talent dans Steak, Quentin Dupieux se ramasse littéralement avec Wrong Cops. Vulgaire, bombardé par une forte et répétitive musique électronique expérimentale jusqu’à l’épuisement, son film fatigue un peu plus à chaque scène et ce n’est pas Éric Judor en policier borgne qui va changer la donne. Malgré tout, l’interprétation de Marilyn Manson, bizarrement crédible en ado timide, fait office de surprise, malheureusement anecdotique, du film.

Critique complète ici.


 2. November Man

Flop 10 : nos pires films de 2014Daté, teinté d’une sévère misogynie et aussi subtil qu’un roman SAS, November Man marquait la tentative, délicieusement narcissique, de Pierce Brosnan de revenir au genre qui l’avait rendu immortel. L’ancien 007 espérait démarrer une nouvelle franchise avec cette adaptation d’une série de romans d’espionnage (encore !). Vu le côté incroyablement nanardeux et paresseux du résultat, qui se rêve en concurrent de Jason Bourne, il y a peu de chances d’assister au retour de Peter Devereaux de sitôt. Tant mieux.

Critique complète ici.


1. Albert à l’Ouest

Flop 10 : nos pires films de 2014

S’il y en a un qui a pêché par vanité en 2014, c’est lui : Seth McFarlane. Pour le moins boosté par le triomphe du potache (et pas si nul) Ted, l’acteur-réalisateur-scénariste-producteur s’est offert un caprice de star comme on ne devrait plus en voir : un western scato à la Mel Brooks, où McFarlane s’est juste donné le beau rôle pour pouvoir emballer Charlize Theron, filmer Monument Valley, tirer sur Liam Neeson et faire déféquer Neil Patrick Harris dans un chapeau. Malgré les apparences, Albert à l’Ouest est une comédie atroce, aussi atrocement longue que les plans-séquence où McFarlane se filme plein cadre en tentant vainement d’être drôle. Quelques micro-gags font parfois maigrement sourire le spectateur entre deux larmes de sang, mais ne suffisent pas à justifier l’existence de ce spectaculaire accident industriel.


Le Flop 10 de Nico

10. Expendables 3

9. Délivre-nous du mal

8. Charlie Countryman

7. Monuments Men

6. American Bluff

5. Transcendance

4. Match retour

3. November Man

2. Ryan Initiative

1. Albert à l’Ouest

Le Flop 10 de Wade

10. The Homesman

9. Grand Budapest Hotel

8. Two faces of January

7. November Man

6. Albert à l’Ouest

5. Noé

4. The Rover

3. The Giver

2. New York Melody

1. Wrong Cops

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.