Gérardmer 2016 : cure de frayeurs pour l’hiver

Le plus vénérable des festivals français dédiés au cinéma fantastique fêtera en cette année 2016 sa 23e édition. 23 ans maintenant que la petite ville de Gérardmer continue sa mission de promotion du film de genre, résumant en cinq jours l’actualité cinématographique et proposant de multiples avant-premières. Des exclusivités sans doute moins ronflantes que par le passé, et qui pour cette édition en particulier, font même profil bas. Difficile de trouver dans le programme que vous pouvez découvrir ci-dessous des équivalents à Ex Machina ou Jupiter Ascending, qui avaient fait l’événement l’an passé.

Plats de résistance et surprises du chef

Gérardmer 2016 : cure de frayeurs pour l’hiver

Pour trouver matière à s’exciter, il faudra observer à la loupe les 10 films sélectionnés en compétition, et la poignée de films hors compétition également présentés. Certaines œuvres sont depuis longtemps précédées par leur buzz, comme The Witch, de Robert Eggers, qui fera sa première française pendant le festival. Ce film d’horreur champêtre fait parler lui partout depuis sa révélation à Sundance en 2015, et les excellents trailers dévoilés jusqu’ici ne font que faire monter la pression. Même constat pour Bone Tomahawk, « l’autre » western avec Kurt Russell, qui mélange grand Ouest et cannibales avec un casting aux petits oignons, pour The Devil’s Candy, nouveau film très attendu de Sean Byrne (The Loved Ones), ou pour le film de fantômes old school We are still here, produit par Larry Fessenden (The Innkeepers). L’intriguant American Hero, sorte de Chronicle version prolo avec un Stephen Dorff doté de super-pouvoirs, fera aussi une nouvelle apparition attendue après être passé notamment à Dinard.

Le festival comporte aussi, comme c’est souvent le cas, des titres plutôt taillés pour le DTV, comme le slasher Silent Night, Sharknado 3, le nouveau Nicolas Cage (Pay the Ghost), le dernier Joe Dante (Burying the Ex, dont la réputation n’est pas fameuse) ou le film de loup-garou Howl. Quelques surprises attendront malgré tout les festivaliers, l’équipe de Gérardmer ayant réussi à sortir de son chapeau des films auparavant invisible sur notre radar : What we become, February, The Shamer, Sweet Home… Pour en savoir plus sur ces titres, il faudra se rendre sur place !

Nos premiers avis sont là !

Gérardmer 2016 : cure de frayeurs pour l’hiver

Et puis bien sûr, il y a inévitablement les doublons, les films sur lesquels nous sommes déjà tombés à Paris ou Bruxelles : vous pouvez d’ores et déjà retrouver nos avis sur le film d’ouverture Frankenstein, de Bernard Rose (Candyman), Cooties, Southbound et Le complexe de Frankenstein sur le site.

« Certaines œuvres sont depuis longtemps précédées par leur buzz. »

Le refrain est enfin connu : Gérardmer, cette année encore, ça n’est pas que des films. Pour tous les heureux voyageurs qui se rendront dans les Vosges durant cette semaine fantastique, le festival proposera également une master class sur le maquillage, des rencontres autour des séries TV, une compétition de courts-métrages, des expositions et l’indispensable salon littéraire… De quoi vous occuper entre les séances, si vous n’avez pas la chance de tomber sur le président du jury de cette édition, l’inattendu Claude Lelouch !

Infos pratiques disponibles sur www.festival-gerardmer.com


Sélection 2016

Gérardmer 2016 : cure de frayeurs pour l’hiver

Ouverture

 Frankenstein

Clôture

American Hero

Compétition

Southbound

Evolution

Bone Tomahawk

The Witch

What we become

Jeruzalem

Howl

February

The Devil’s Candy

Hors compétition

 Cooties

Burying the Ex

We are still here

Pay the Ghost

The Shamer

Sweet Home

Summer Camp

Silent Night

Le fantôme de Canterville (séance enfants)

La rage du démon (doc)

Lost soul (doc)

Le complexe de Frankenstein (doc)

Nuit animée

The Empire of Corpses

Harmony

Nuit décalée

Sharknado 3

Lovemilla

Freaks of Nature

Hommages

Wes Craven

Alejandro Jodorowski

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.