Gérardmer 2017 : on voulait de l’inédit !

Comme c’est chaque année le cas, les organisateurs du festival fantastique de Gérardmer ont attendu la dernière ligne droite avant le jour J pour annoncer la programmation de leur nouvelle édition. Fantastic’Arts a désormais 24 ans, et si l’ancienneté de l’événement en fait le vénérable patron des manifestations françaises dédiées au genre, dans la réalité, les choses sont moins sexy. La perte de subventions d’importance, la concurrence des festivals parisiens, ont amputé la manifestation vosgienne d’une partie de son prestige. Et si le savoir-faire du Public Système, en charge de l’organisation et de la sélection, lui permet de briller en société, avec notamment une pléiade d’invités et un site toujours aussi chaleureux – défaut d’être techniquement optimal -, Gérardmer n’a plus la même aura qu’il y a quelques années. Et cela se ressent encore dans la programmation de 2017.

Bien vu… mais déjà vus

Gérardmer 2017 : on voulait de l’inédit !

Les choses démarreront plutôt bien avec une avant-première de prestige, celle du Split de M. Night Shyamalan. Le film est très bon (et son réalisateur logiquement heureux du résultat), il est juste dommage que l’équipe ait déjà fait la tournée des médias à Paris pour le présenter. Split fera partie d’une compétition de 10 films, où l’on retrouve des films déjà connus de nos services, comme Grave, Under the Shadow, On l’appelle Jeeg Robot, ReAlive et Autopsy of Jane Doe. Et pour cause, ces titres, tout comme David Lynch : the Art of Life, Interchange, Sam was here, Prevenge, Keeper of Darkness, Terra Formars et The Lure, classés en hors-compétition, ont tous déjà été sélectionnés à L’Étrange Festival ou au PIFFF 2016, voire pour certains aux deux.

Difficile dans ces conditions d’attirer le chaland et le public francilien, et surtout la presse, qui aura dans l’absolu déjà vu près de la moitié des films présentés. Est-ce une question de moyens, d’opportunités, de laisser-aller ? La perspective, entre autres, de voir un film comme Under the Shadow récompensé, alors qu’il est déjà disponible (exclusivement) sur Netflix, laisse perplexe quant aux choix opérés par l’équipe de Fantastic’Arts.

Kurosawa révèle son secret

Gérardmer 2017 : on voulait de l’inédit !

Tout n’est heureusement pas si noir dans cette annonce finale, à commencer par la présence, en invité d’honneur, de l’immense réalisateur japonais Kiyoshi Kurosawa. L’auteur de Kairo et Real, sous le feu d’une double actualité puisqu’il a signé en 2016 Creepy et Le secret de la chambre noire, viendra présenter le second dans les Vosges et recevoir on l’imagine une standing ovation pour son œuvre. Un petit coup de maître de la part de Gérardmer, qui s’accompagne de quelques bonnes surprises, malgré tout, à dénicher au cœur de la programmation.

Outre la présentation en version restaurée des deux premiers Phantasm, certifiés « classiques bis de notre enfance », les premiers échos dithyrambiques laissent augurer le meilleur le film de zombies anglais The Girl with all the Gifts, en premier lieu, et c’est avec curiosité que les spectateurs découvriront sans doute le premier de Jon Watts (Cop Car, Spider-Man Homecoming), Clown, produit par Eli Roth. Enfin, il sera intéressant de pouvoir juger sur pièces, et sur grand écran, des titres comme Viral, Orgueil et préjugés et zombie ou Incarnate, film de clôture signé du réalisateur de San Andreas, qui sont déjà annoncés en France en direct-to-video.

Programme complet : www.festival-gerardmer.com

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.