Inédits vidéo : la sélection DTV d’avril 2017

Alors que les habitudes de visionnage des Français ne cessent d’évoluer, nous continuons dans « Pas vu au ciné » à défricher pour vous l’actualité des sorties physiques et dématérialisées de films inédits en salles. Avec, en ce mois d’avril 2017, encore de belles choses à se mettre sous la dent… et d’autres un peu plus regrettables !

Face au nombre de titres édités durant ces dernières semaines, il nous a fallu faire des choix et nous concentrer sur une poignée de longs-métrages. Certains, comme Stratton, disponible en VOD, seront abordés au moment de leur distribution en DVD. Si nous avons oublié un film en route, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires. Bonne lecture… et bonnes projections !


Au bout du tunnel

Un film de Rodrigo Grande, avec Leonardo Sbaraglia, Pablo Echarri, Clara Lago
Sortie le 26 avril en DVD et Blu-Ray (Koba Films)

Incontournable

Reparti du dernier Festival du film fantastique de Bruxelles avec le Grand prix de la sélection « Thriller », Au bout du tunnel vient rappeler une fois de plus la vitalité actuelle du cinéma populaire argentin, qui ne résume pas aux films avec Ricardo Darin (acteur puissant et charismatique, mais il n’y a pas que lui en Argentine !). Variation originale sur le principe de Fenêtre sur cour, le film de Rodrigo Grande concentre son intrigue entre les quatre murs de la maison de Joaquin, paralysé et désespéré après un accident qui l’a laissé veuf. Il loue ses chambres vides à une jeune strip-teaseuse et sa petite fille, puis découvre que de l’autre côté du mur, un braquage se prépare : un gang est en train de creuser un tunnel pour passer sous sa demeure et cambrioler la banque toute proche… Pris séparément, les ingrédients d’Au bout du tunnel ont tous quelque chose de familier, de la femme fatale au méchant hitchcockien en passant par le hold-up qui tourne mal. Mais tous ces éléments s’agencent avec une belle maîtrise, de sorte que les surprises attendent le spectateur à chaque étage. L’alchimie entre le taciturne Leonardo Sbaraglia (Les nouveaux sauvages) et la caliente Clara Lago (Extinction) n’est pas pour rien dans l’attachement que l’on porte aux personnages, qui se débattent chacun avec de sacrés traumas et développent une romance aussi subtile que profonde. On suffoque avec eux, pris au piège d’un huis-clos sous tension qui ne fait pas de cadeau. À voir dès maintenant, avant qu’Hollywood ne le digère à sa manière !

 À voir… si vous aimez les hommages hitchcockiens non serviles, les films à suspense aux petits oignons, le cinéma populaire sud-américain.


Headshot

Un film de Timo Tjahjanto et Kimo Stamboel, avec Iko Uwais, Sunny Pang, Julie Estelle
Sortie le 18 avril en VOD, le 7 juin en DVD et Blu-Ray (AB Vidéo)

Pas mal

Révélé, voire même modelé pour être la nouvelle star du film de baston par Gareth Evans, Iko Uwais, la star des The Raid a fait une petite infidélité à son ami réalisateur en partant tourner avec d’autres cinéastes incontournables d’Indonésie, le Mo Brothers (Macabre), ce Headshot qui existe par et pour le spécialiste du silat, ce cousin germain de la boxe thaï. Pour résumer les choses rapidement, le film emprunte à Jason Bourne l’idée d’un homme amnésique « repêché » un matin par une femme innocente, qui retrouve bientôt la mémoire pour découvrir qu’il faisait partie d’un gang de trafiquants et kidnappeurs d’enfants sans scrupules. Passé ce concept un peu idiot, Headshot est là pour délivrer, dès un prologue particulièrement sanglant et gratuit, une (over)dose de combats chorégraphiés où chaque élément du décor peut devenir une arme. Filmé avec zèle et outrance par des réalisateurs adeptes du « toujours plus sanglant », le film épuisera rapidement ceux qui goûtent peu le réalisme brutal de ces mano a mano sans pitié, proches dans leur accumulation programmée d’un jeu vidéo, mais ravira ceux qui voient depuis quelques années en Uwais le successeur tout trouvé de Tony Jaa et Donnie Yen.

Lire la critique de Headshot

À voir… si vous aimez le sympathique Iko Uwais et les séries B qui tapent dur, si The Raid n’était pas assez gore pour vous.


Criminel

Un film de Matthew Saville, avec Joel Edgerton, Jai Courtney, Tom Wilkinson
Sortie le 4 avril en DVD (Factoris Films)

Pas mal

Sorti en 2013 en Australie, Criminel (à ne pas confondre avec le thriller un peu gol Criminal, avec Kevin Costner) pointe finalement son nez avec quelques années de retard, malgré un casting de poids et un genre, le polar, qui se prête bien à l’exportation. Les enfants du pays Joel Edgerton et l’inexpressif Jai Courtney partagent l’affiche avec le Britannique Tom Wilkinson, dans la peau de trois inspecteurs de police pas vraiment irréprochables. Le premier ment à ses collègues après avoir renversé un enfant à vélo, et le deuxième doute rapidement de sa version des faits. Wilkinson joue lui le mentor fatigué et vulgaire qui tente d’enterrer l’affaire, avant que les remords et les soupçons ne viennent tout chambouler. Honnêtement, les prémices de Criminel, qui dessinent le portrait ambigu d’un flic courageux s’enfermant tout seul dans une spirale de mensonges, s’avèrent plus passionnantes à suivre que le développement de l’intrigue. Manque cruel de rebondissements, sous-intrigues aberrantes (le creepy Courtney qui vient draguer la mère de la victime !), morale un peu frileuse… Le film de Matthew Saville peut se reposer sur une superbe photographie et des acteurs impliqués, mais cette bonne facture technique ne débouche pas sur une franche réussite.

À voir… si vous aimez les polars australiens, les embrouilles entre flics, la mine de chien battu de Joel Edgerton.


War on Everyone

Un film de John Michael McDonagh, avec Alexander Skarsgard, Michael Pena, Theo James
Sortie le 11 avril en DVD et Blu-ray (L’atelier d’images)

Pas mal

Après avoir fait le retour des festivals francophones, War on Everyone, nouveau film du réalisateur de L’Irlandais, s’est offert une sortie plutôt remarquée directement en vidéo. Vendu comme un buddy-movie joyeusement amoral – ce qu’il est dans une certaine mesure -, le film de John Michael McDonagh offre deux rôles en or aux muy simpatico Alexander Skarsgard et Michael Pena (Ant-Man) : celui de deux flics odieux, drogués et brutaux, qui considèrent l’insigne comme un permis de faire n’importe quoi. Débit de mitraillette, sourires de maniaques, le grand suédois et le petit mexicain s’amusent visiblement beaucoup, et nous avec. Malheureusement, la mécanique politiquement incorrecte tourne petit à petit à vide, et le scénario retombe dans une routine faussement excentrique, laissant une impression brouillonne, comme si War on Everyone s’envisageait tout d’un coup comme un pilote de série télé laissant en plan ses intentions de départ. Une déception de la part du réalisateur iconoclaste et rentre-dedans qu’est McDonagh.

Lire la critique de War on everyone

À voir… si vous aimez les duos improbables, l’humour vachard, les paysages « gilliganiens » d’Albuquerque.


Nemesis (Sam was here)

Un film de Christophe Deroo, avec Rusty Joiner, Hassan Galedary, Rhoda Pell
Sortie le 4 avril en DVD et Blu-ray (Condor Entertainment)

Pas mal

C’est l’histoire d’un représentant de commerce, étrangement bodybuildé et nommé Sam, qui se perd dans le désert californien en démarchant des clients absents, et finit par être inexplicablement pris en chasse par la police et un animateur radio démoniaque. C’est l’histoire, aussi, d’un réalisateur français opiniâtre, Christophe Deroo, qui a décidé de forcer le destin en partant tourner avec une équipe réduite ce Nemesis en douze jours, au milieu du désert de Mojave. À l’arrivée, un film court (à peine 75 minutes), volontairement étrange et allusif, qui cligne autant de l’œil à la Twilight Zone qu’à Quentin Dupieux, et servira avant tout au cinéaste et son équipe de carte de visite. Car si l’amour du genre, des belles images, de la mythologie américaine liée aux grands espaces déborde à l’écran, Nemesis manque pourtant de liant, et préfère le mystère à l’incarnation, la vignette absurde à la structure cohérente. Reste une impression tangible de malaise, bien retranscrite par une mise en scène logiquement précise, et la promesse que cette aventure californienne débouchera sur une suite de carrière excitante pour Deroo.

Lire la critique de Nemesis

À voir… si vous aimez le mystère, les grands espaces américains, et les jeunes réalisateurs débrouillards.


Incarnate

Un film de Brad Peyton, avec Carice Van Houten, Aaron Eckhart, Keir O’Donnell
Sortie le 26 avril en DVD et Blu-ray (Wild Side)

Á éviter

Dans la longue famille des avatars de L’Exorciste, voici aujourd’hui… Incarnate ! Série B emballée par Brad Peyton (San Andreas) et produite, ô surprise, par la maison Blumhouse, Incarnate attaque le sous-genre en mixant ses ingrédients habituels (possession infantile, mère en détresse, proses bibliques, arcanes obscures du Vatican, bref, la routine) à un dispositif visuel qui évoque furieusement Inception. Et oui, Aaron Eckhart, coincé dans un fauteuil roulant (et sous une perruque un peu grunge), joue ici le visiteur de rêves, qui part littéralement taper dans la tronche des démons à l’intérieur du subconscient de ses patients, en tachant de les sauver via un « kick » salvateur – comme chez Nolan, grâce à une chute dans le vide. Accordons-nous là-dessus, c’est une idée assez fun, mais exécutée à l’écran de manière peu subtile, façon Constantine sans le budget et la patine comic book. Le manque de thunes explique aussi la facture un rien cheap d’un film qui s’égare dans des twists visibles à un kilomètre, et gaspille des acteurs (dont la pauvre Carice Van Houten) dans des rôles secondaires fonctionnels et insipides.

À voir… si vous êtes accro aux films de possession, si vous vous demandiez ce qu’Aaron Eckhart devenait (il va bien, aux dernières nouvelles).


Et aussi


La sélection Pas Vu au Ciné d’avril sur Amazon

 

2Articles commentés

Rejoindre la discussion.
  1. Cobretti Le 5 mai 2017
    Merci pour tous ces bons conseils. Cette rubrique devrait être déclarée d'utilité publique. :)
  2. Nico Author Le 5 mai 2017
    Ah mais oui, totalement ^_^ Merci pour le compliment, en tout cas, ça fait plaisir à lire !

Vous avez la parole.