Netflix : 5 films à ne pas rater en janvier 2019

par | 7 janvier 2019

Mads Mikkelsen, Noomi Rapace et le cinéma espagnol ont la part belle en janvier sur Netflix. Découvrez notre sélection !

En attendant les grosses machines du printemps, dont Triple Frontière que nous évoquions il y a quelques semaines, le géant Netflix démarre l’année 2019 avec une poignée de titres « Originals » aussi variés qu’alléchants. La plate-forme continue de mettre en avant des longs-métrages d’origines et de genres très variés, dont certains titres seraient certainement restés inédits en France sans ce coup de pouce mondialisé. En plus des cinq films que nous avons retenus ci-dessous, il faudra garder un œil au cours du mois sur des titres comme le film de castagne Revenger, le thriller Soni ou encore la production de SF apocalyptique IO, réalisée à Hollywood par un Français, Jonathan Helpert. Jetons un coup d’œil à ce qui vous attend en janvier 2019 !

4 janvier : Lionheart

Lionheart, déjà disponible à l’heure où nous écrivons ces lignes, est une première pour Netflix. Il s’agit en effet de la première fiction africaine acquise par la plateforme. Celle-ci vient du Nigéria, où une industrie cinématographique balbutiante mais prolifique, a valu au pays le surnom de Nollywood. Présenté à Toronto, Lionheart est réalisé et interprété par l’une des vedettes locales, Genevieve Nnaji. Elle y incarne une jeune femme devant faire ses preuves dans un monde d’hommes, en l’occurrence l’entreprise de transport que son père souffrant lui demande de gérer avec l’aide de son oncle. Un film dans l’air du temps, plutôt léger, et indéniablement important dans le catalogue de Netflix. 

11 janvier : Solo

Très présent sur Netflix, le cinéma espagnol est à l’honneur en janvier, avec en premier lieu la sortie du survival Solo, premier long-métrage d’Hugo Stuven. Un film tiré de faits réels, qui raconte le calvaire d’un jeune surfeur, Alvaro Vizcaino, qui doit puiser dans ses ressources après une vertigineuse chute depuis les falaises d’une île désertiques des Canaries. Esthétisant et profitant de décors naturels époustouflants, le film ressemble à un mélange hispanique entre Instinct de Survie et 127 Heures, avec, espérons-le, moins de mutilations artisanales au programme.

18 janvier : Close

Noomi Rapace, on l’aime énormément quand elle confirme à l’écran son appétit pour les rôles physiques et spectaculaires. L’actrice suédoise, à peine sortie du succès d’estime de Seven Sisters et du décevant thriller Unlocked, repart au pays du film d’action avec Close, une co-production anglo-américaine signée Vicky Jewson (Born of War). Rapace y incarne un personnage basé sur une légende bien réelle du monde des gardes du corps, Jacquie Davis. Cet agent d’élite doit fuir avec sa cliente, une riche héritière nommée Zoe (Sophie Nelisse), après une tentative de kidnapping au Moyen-Orient. La bande-annonce laisse présager un film musclé et complexe à la fois, et réservant quelques surprises.

25 janvier : Polar

Mads Mikkelsen sera sur tous les fronts fin janvier, avec la sortie au cinéma du survival Arctic, dans lequel il tient seul l’affiche, et sur Netflix de Polar, un exubérant film d’action adapté du roman graphique très pulp de Victor Santos. Situé dans le milieu des tueurs à gages, le film opposera Mikkelsen, une pointure à la retraite, à une foule d’assassins désireux d’abattre cette pièce de choix. Sur la base de ce pitch évoquant pêle-mêle Mise à prix, Assassins et le récent Killing Gunther, le réalisateur Jonas Akerlund, auteur récemment d’un excellent Lords of Chaos, semble s’être lâché la bride : le trailer de Polar est coloré, violent, exubérant, conforme donc à l’idée que l’on pouvait se faire du projet !

25 janvier : Animas

Cinéma espagnol encore pour finir, avec le film fantastique Animas, disponible chez nous quelques mois seulement après sa sortie hispanique. Salué par la critique locale comme une expérience « hallucinogène », Animas adapte le roman de José Ortuño et suit le périple d’une jeune femme, bouleversée par un accident touchant son meilleur ami, et qui commence à douter de la frontière entre réalité et rêves, ou plutôt réalité et cauchemars. Un voyage psychologique et possiblement terrifiant, qu’on a hâte de découvrir !