Ni le ciel, ni la terre : l’inconnue au bataillon (Étrange Festival 2015)

La guerre en Afghanistan, malgré son évident potentiel cinégénique et sa brûlante et pertinente actualité, n’a jamais vraiment attiré les cinéastes français. Pour son premier long-métrage, Clément Cogitore, aidé au scénario par Thomas Bidegain (Les Cowboys, Dheepan) a osé s’aventurer sur ce terrain pour signer une œuvre inclassable, à la frontière du film de guerre, du western, du drame existentiel et de la science-fiction à petit budget (lo-fi), sans jamais embrasser véritablement les codes de ces quatre genres. A ce titre, si elle n’est pas mensongère, l’affiche hideuse montrant des soldats français éclairés par une lunette à vision nocturne, ne rend pas totalement justice au film.

Le désert des Tartares Afghan

Ni le ciel, ni la terre : le Désert des Tartares Afghan (Étrange Festival)

Perdu dans des montagnes isolées de la poudrière afghane, au corridor du Wakhan, le bataillon français du capitaine Antarès Bonassieu occupe jour et nuit des postes de surveillance avancée à la frontière avec le Pakistan, d’où les talibans peuvent surgir à n’importe quel instant. À l’aube de leur prochain rapatriement, les soldats tentent de faire face à cette menace constante avec une rigueur permanente. Ils s’efforcent également de contenir les manifestations d’hostilités inquiétantes des habitants du village environnant, des éleveurs de moutons mécontents de leur présence sur une « terre sacrée ».

« Une remarquable pépite d’étrangeté onirique mêlée de mélancolie. »

Ici, le temps semble s’être arrêté, entre la poussière de la vallée aride et l’inquiétante résonance des voix et des balles dans la montagne. Nuit après nuit, les soldats se relaient à l’abri dans leurs bunkers grisâtres, faits de pierres et de tôles, armés de leurs fusils mitrailleurs à vision nocturne. Un matin, un des leurs disparaît sans laisser de trace, sans explication, comme happé par cette atmosphère nocturne pesante. Désertion ? Kidnapping ? Le bataillon enquête, mais inéluctablement, inlassablement, les hommes du bataillon continuent de s’évaporer dans l’obscurité.

Un traitement unique, mais inégal

Ni le ciel, ni la terre : le Désert des Tartares Afghan (Étrange Festival)

Dans une atmosphère épurée qui rappelle les films de John Ford (les soldats tiennent littéralement un fort perdu à la frontière, dans une immensité désertique, faisant face à des rebelles), Clément Cogitore s’attache non pas à dénoncer ou expliquer les enjeux militaires, mais à dépeindre le quotidien des soldats, dont nous savons peu de choses, habités par leur devoir militaire et leurs tourments personnels. Une force étrange prend peu à peu possession de leur esprit, fait dérailler leur raison, et met à mal leurs certitudes. Le suspense est étouffant, alimenté par les doutes et les faux-semblants : la menace qui entoure les militaires parvient à faire tomber les protections mentales de jeunes hommes pourtant entraînés à résister à la pression et à la peur. Un étonnant travail d’enquête met en lumière, de manière pertinente, les différentes forces en présence (les soldats, les talibans, les villageois). Grâce à ce scénario refusant toute forme d’explication définitive, Ni le ciel, ni la terre s’avère être une remarquable pépite d’étrangeté onirique mêlée de mélancolie. Clément Cogitore instaure un ton réaliste et indécis, refusant, dans un réflexe typiquement français, de se laisser déborder par le fantastique.

Seul ombre au tableau : l’interprétation, inégale, sur laquelle repose pourtant une partie de la puissance de l’œuvre. Le film présente certes des seconds rôles pertinents (Kevin Azaïs, révélé dans Les Combattants, Finnegan Oldfied, bientôt dans Les Cowboys) et visiblement impliqués. Mais, en haut de l’affiche, Jérémie Renier (Cloclo, L’Enfant) ne donne pas suffisamment corps au personnage du capitaine Bonassieu. Il aurait peut-être fallu étayer le scénario pour l’aider à s’imprégner du personnage, pour que l’acteur parvienne à véritablement à le transcender.


Note Born To Watch
Quatre sur cinq

Ni le ciel ni la terre
De Clément Cogitore
2015 / France – Belgique / 100 minutes
Avec Jérémie Renier, Kévin Azaïs, Swann Arlaud
Sortie le 30 septembre 2015

Crédit photos : © Diaphana Distribution

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.