Réalisateur orienté « popcorn » de La Momie et (hélas) de G. I. Joe et Van Helsing, Stephen Sommers revient en catimini avec une production, certes plus modeste, mais pas moins intéressante. Adaptation du roman de Dean Koontz, auteur prolifique poursuivi depuis des années par le patronyme infamant et peu fondé de « Stephen King du pauvre », Odd Thomas est une série B fantastique décalée et pleine de charmes. Elle raconte l’histoire de Odd (« étrange » dans le texte), un jeune homme doué de la faculté de voir des morts. Ces derniers le sollicitent pour résoudre des crimes et protéger la ville fictive, mais non moins typiquement américaine de Pico Mundo, où il réside et travaille comme cuistot dans un diner. À l’aise à fois dans les scènes d’action, de comédie et de tragédie, le très humble Anton Yelchin (acteur d’origine russe à l’accent charmant, notamment vu dans les Star Trek de JJ Abrams) semble né pour jouer ce rôle de jeune yankee bon samaritain torturé par son sens du devoir.

Héros malgré lui

odd_1

Même s’il présente lui-même, en voix-off, son activité secrète comme particulièrement risquée et incompatible avec le moindre projet de vie, comme acheter une voiture ou une maison, Odd coule le parfait amour avec Stormy, incarnée par Addison Timlin (Zero Hour). Véritable girl next door, la jeune femme, indépendante et compréhensive, apporte un soutien de poids à notre héros qui en a parfois bien besoin. Leur couple, pierre angulaire du film, fonctionne particulièrement bien, les deux acteurs se complétant dans une harmonie touchante et sincère. L’omniprésent Willem Dafoe (à l’affiche cette année de John Wick, Nos étoiles contraires et Un Homme très recherché) joue le shérif de la ville, ami et protecteur de Odd, dont les parents sont aux abonnés absents. Si l’acteur de Platoon maîtrise son registre drôle, émouvant et percutant, il ne peut toutefois pas passer outre le manque de profondeur de son personnage.

[quote_center] »Odd Thomas est une série B fantastique décalée et pleine de charmes. »[/quote_center]

Dans la lignée du remarquable Horns, cette aventure fantastique met en scène un jeune homme, à l’aube de sa vie d’adulte, entraîné dans un lutte pour sa survie et celle de ses proches, et qui doit résoudre un mystère en se basant sur des indices parfois contradictoires. Contrairement aux décevantes dystopies auxquelles l’intrigue ferait parfois penser, et qui bénéficient elles, d’une sortie sur nos écrans, Odd Thomas, s’il s’adresse à un public jeune, franchit sérieusement la limite du simple film fantastique, en s’autorisant parfois des instants de pur gore. Le film bascule parfois dans l’horreur, à l’image des monstres du film, qui rappellent les terrifiants Détraqueurs imaginés par Alfonso Cuarón dans le troisième volet d’Harry Potter, Le prisonnier d’Azkaban. Les effets spéciaux convaincants, distillés avec une réelle efficacité, permettent comme souvent chez Sommers d’assister à des scènes spectaculaires, avec des trouvailles crédibles et originales pour la plupart issues du roman. La caméra se balade ingénieusement durant ces séquences parfaitement rythmées pour leur donner plus d’intensité.

Du frisson et de l’émotion

odd_2

La réalisation du film se rapproche de celle d’une série télé ambitieuse. Elle rappelle aux nostalgiques des perles du petit écran, comme Dead Like Me, qui partage avec Odd Thomas des personnages attachants, un humour décapant et un scénario qui a le bon goût ne pas prendre le spectateur pour un imbécile. Thomas mène une enquête qui n’est pas cousue de fil blanc et dont les rebondissements surprenants restent plaisants de bout en bout. Lorsque le film s’autorise à basculer dans la tragédie, il ne cède pas pour autant à la facilité, au risque de perdre le spectateur le moins exigeant. Au contraire : Stephen Sommers révèle un certain talent pour manier l’émotion sans tomber dans le pathos, et sans nous laisser indifférent au sort de ses personnages.

Odd Thomas se cantonne néanmoins à la série B. La romance juvénile, la naïveté de ses personnages, l’accumulation de clichés américains désuets (le centre commercial, les voitures vintage ou encore les balades en Vespa cheveux au vent) peuvent paraître quelque peu agaçants vus de chez nous. Le personnage incarné par Willem Dafoe, nous l’avons dit, aurait peut-être mérité quelques scènes supplémentaires afin de donner du corps à son personnage, au lieu d’être cantonné à un statut de mentor bienveillant, ressort comique passablement passif et peu crédible pour un chef de police d’une ville américaine.

Malgré tout, Odd Thomas est une véritable découverte, qui jongle avec fluidité avec les ressorts du film policier, distille un humour décalé, file parfois la pétoche, rend un hommage appuyé au genre fantastique, et émeut avec une histoire d’amour digne, toutes proportions gardées, d’une tragédie grecque. Pour toutes ces qualités, il reste à espérer que la suite des péripéties du sympathique et non moins étrange Odd se retrouve un jour adaptée au cinéma : après tout, il reste encore six romans de cette saga littéraire à adapter…


[styled_box title= »Note Born To Watch » class= » »]
Quatresurcinq
Odd Thomas contre les créatures de l’ombre (Odd Thomas)
De Stephen Sommers
2014 / USA / 100 minutes
Avec Anton Yelchin, Addison Timlin, Willem Dafoe
Sortie le 12 novembre 2014 en DVD, VOD & Blu-ray (TF1 vidéo)
[/styled_box]

Tentez votre chance pour remporter un DVD du film !

Crédits photos : © Ascot Elite Home Entertainment GmbH