Étrange Festival 2018 : une programmation plus insolite que jamais

par | 21 août 2018

Du 5 au 16 septembre, l’Étrange Festival revient pour une 24e édition à la fois éclectique et imprévisible. Découvrez le programme !

Même si le terme ne lui va vraiment pas au teint, l’Étrange Festival est désormais ce qu’on peut appeler une « vénérable institution ». L’équipe de programmation de cet événement parisien, incontournable pour les cinéphiles les plus fouineurs, le reconnaît à demi-mot dans la note d’intention de son programme 2018 : en 23 éditions, l’Étrange est devenu un repère en temps réel des cinématographies parallèles du monde entier. Du 5 au 16 septembre prochain, le festival repart pour une 24e édition toujours à son image : éclectique, extrême, déconcertant, expérimental et, plus que tout, imprévisible.

Rétros bizarroïdes et inédits à foison

Qui aurait parié par exemple sur un focus consacré à l’Iranien Shahram Mokri, prometteur cinéaste iranien qui avec ses deux longs-métrages, Invasion et Fish & Cat, se fait le spécialiste des films / plan-séquence prompts à vous retourner les sens ? Ou une rétrospective consacrée aux œuvres de jeunesse totalement amateur des chiens fous du cinéma japonais, à savoir Sogo Ishii, Sono Sion et Shinya Tsukamoto (dont le dernier film en date, Killing, est également programmé) ? L’Étrange 2018 sera d’ailleurs à forte saveur nippone, puisqu’il programme également une sélection de films du studio Nikkatsu, dont la trilogie Woman’s Gambler et la saga Stray Cat Rock, qui sortiront en parallèle en vidéo chez Bach Films.

"L’Étrange Festival est désormais ce qu’on peut appeler une « vénérable institution »."

Bref, l’Étrange n’est pas là pour suivre les tendances, et c’est tant mieux. On ne demande d’ores et déjà qu’à découvrir la très buzzée comédie musicale zombiesque Anna & the Apocalypse, qui fera l’ouverture, le rape & revenge A Vigilante avec Olivia Wilde, la mini-série CoinCoin et les Z’inhumains de Bruno Dumont, le film d’horreur tunisien Dachra, la reconstitution redoutée de la tuerie d’Utoya dans le bien-nommé Utoya, 22 juillet, les futuristes Life Guidance et Perfect, le bis burné Upgrade ou la dernière production d’Alex de la Iglesia, Up upon the stars, qui pourrait, comme les précédentes, sortir chez nous directement sur Netflix.

Perles cannoises et SF cérébrale

Et ces titres ne sont qu’une partie infime de l’iceberg du bizarre concocté par Frédéric Temps et son équipe ! Une brochette de sensations cannoises est aussi au rendez-vous, du très baroque Mandy avec Nicolas Cage à l’Argentin Meurs, monstre, meurs, en passant par le film d’espionnage The spy gone North venu de Corée, le (décevant) film de serial-killer de Lars Von Trier, The house that Jack built, l’onirique et sportif Diamantino, le Climax de Gaspar Noé… Une nouvelle fois, le festival s’associe aussi avec le site Screen Anarchy et son directeur / producteur Todd Brown, pour une doublette asiatique composée du percutant Buybust (que l’on compare déjà à The Raid) et du flippant May the devil take you, qui promet une bonne dose d’os brisés et de frissons sanguinolents !

Les festivités se clôtureront sur une note assurément cérébrale, avec, on vous le donne en mille, une parabole de science-fiction polonaise nommée The Man with the magic box qui devrait offrir son lot de surprises. À l’image d’une édition 2018 prolifique et excitante, que nous tenterons cette année encore de couvrir avec le même enthousiasme !

Plus d’infos : www.etrangefestival.com