Brigsby Bear : soyez sympas, réalisez

Vous n’avez jamais eu cette triste sensation, quand un sujet qui vous passionne, vous occupe l’esprit pendant des mois ou des années, se révèle inintéressant pour le reste du monde ? Pas besoin de prendre des exemples : nous sommes tous, sans parfois le savoir, de véritables bourreaux en la matière, prompts à dénigrer d’un revers de main les sujets de discussion qui ne nous intéressent pas. Internet a permis, à l’aube des années 2000, de surpasser ce sentiment d’isolement qui peut nous saisir en permettant la création de communautés soudées autour d’une ferveur partagée. Avec, comme conséquence, parfois, la création d’une forme étrange de sectarisme rejetant tous ceux qui se mettraient opportunément à aimer ce que nous étions, nous les « vrais connaisseurs », les premiers à aimer. Mais ça, ça n’est pas le sujet de Brigsby Bear, production typée « indé Sundance » remarquée au festival de Cannes, qui préfère utiliser le prisme de la fantaisie charmante pour aborder le sujet de la nostalgie obsessionnelle, qui caractérise jusqu’à présent notre nouveau siècle.

Premiers pas dans le monde « réel »

Le jeune James, à l’aube de ses 25 ans, est sans le savoir, un prototype du geek moderne célébré pour son intransigeante passion monomaniaque. Élevé dans un bunker souterrain par des parents survivalistes (dont son père, joué ô coïncidence par Mark Hamill), James voue un culte à l’émission qui a rythmé sa vie pendant plus de 700 épisodes : « Brigsby Bear » qui raconte les aventures cosmiques d’un ours à grosse tête. Un programme surréaliste, éducatif également, qui obsède forcément James puisqu’il est son seul horizon. Tout s’écroule le jour où le FBI investit le bunker, et où James apprend qu’il a été enlevé par la naissance, et que son père est le seul et unique auteur de « Brigsby Bear ». Le forum Internet où il partageait ses théories était géré par ses « parents » et il est de fait le seul fan au monde du show. Alors qu’il découvre avec l’aide d’un policier (Greg Kinnear), de sa « nouvelle » famille et de sa psychologue (Claire Danes) le monde réel, James se lamente de la disparition, logique, de l’émission. Que faire pour que les aventures de l’ours pédagogue se poursuivent ?

Derrière cette histoire, à mi-chemin (et quel mi-chemin) entre RoomUnbreakable Kimmy Schmidt et Soyez sympas, rembobinez, on retrouve un duo d’habitués du Saturday Night Live, en l’occurrence l’auteur-réalisateur Dave McCary et le co-scénariste et comédien principal Kyle Mooney. Des vrais timbrés de l’ère analogique, grands nostalgiques de l’époque de la VHS et de la préhistoire de la culture geek, qui ont infusé Brigsby Bear d’un esprit « Do It Yourself » parfois irrésistible. Sous ses allures de comédie doucement excentrique, le film cache un discours plutôt bien vu sur l’importance de la culture personnelle, du souvenir, dans la construction d’un individu. James, qui a grandi intégralement en captivité, n’est pas qu’une célébrité locale et un fait divers ambulant, mais aussi le dépositaire d’une culture et d’un « héritage », qui, aussi farfelu et teinté de douleur soit-il, fait aussi partie intégrante de sa personnalité.

Heureux sont les créateurs

On peut regretter que Brigsby Bear peine à ménager un équilibre entre les éléments les plus sombres et dramatiques de son histoire, et son humour inclusif et touchant. En choisissant d’atténuer les aspects les plus problématiques et torturés des personnages qui entourent James (ses différents parents, ou même le policier et comédien frustré joué par Kinnear), pour ne pas entraver la progression de plus en plus feel good du scénario, le film prend le risque de paraître trop calculé, trop policé pour marquer les esprits. Il va de soi que James ne restera pas éternellement cet ahuri un peu gauche, dont les bonnes manières (il veut épouser la première fille qui l’a embrassé), le premier degré constant et l’appétit pour les nouvelles expériences (comme la construction de véritables explosifs pour les besoins de son tournage !) nous font irrémédiablement sourire. Comme dans un conte de fées, Internet, on y revient, va se révéler être le terreau d’un nouveau « culte » pour l’univers bricolé de Brigsby Bear. Et James va devenir un « mec cool », dont la débrouillardise et la créativité le font passer soudainement pour un génie. C’est comme si McCary et Mooney avaient opportunément oublié que les réseaux sont surtout, et avant toute chose, un lieu cynique où la moquerie s’installe bien plus rapidement que les compliments.

On pourra malgré tout arguer que l’essentiel du propos du duo est ailleurs. Qu’importe, sans doute, ce dernier acte mielleux où tous les rêves du jeune homme se réalisent comme par miracle, dans un torrent de bons sentiments faciles. Ce qui transparaît dans Brigsby Bear, de manière d’autant plus évidente qu’il s’agit des débuts de Mooney et McCary au cinéma, c’est un amour inconsidéré et sincère pour ceux qui transforment leur passion en objet concret, quels que soient leurs moyens et leur talent. Créer quelque chose, n’importe quoi, peut rendre incroyablement heureux, si l’on y trouve une forme d’accomplissement personnel. Et c’est un bonheur qui s’avère contagieux, semblent nous murmurer les auteurs en entourant James d’une bande d’amis de fortune tout aussi fiers de faire partie de l’aventure que ne l’étaient Jack Black, Mos Def et leurs amis chez Michel Gondry. Si en plus, Mark Hamill est à disposition pour faire votre voix off, ça n’est que du bonus.


Note Born To Watch
Troissurcinq
Brigsby Bear
De Dave McCary
2017 / USA / 97 minutes
Avec Kyle Mooney, Mark Hamill, Ryan Sympkins
Sortie le 15 janvier 2018 en VOD (Sony)

Pas encore de commentaire.

Vous avez la parole.